La Ferrari Tributo serait-elle la dernière du genre ?

On ne peut pas cacher que la petite ville de Maranello est la maison de Ferrari. Il n’est pas nécessaire d’aller loin pour apercevoir un drapeau de Ferrari accroché à une fenêtre. Le soleil du nord de l’Italie prend souvent une partie de la couleur (rouge et jaune) des matériaux altérés par les intempéries.

Les travailleurs sortent de l’usine en salopettes rouge vif, sûrement parmi les vêtements de travail les plus recherchés dans le monde de l’automobile. Le Tributo pourrait être le dernier d’une longue lignée pour Ferrari.

La zone des fans

Maranello est également un haut lieu pour les fans de la marque, les passionnés d’automobiles et les propriétaires de Ferrari. Tout le monde peut se rendre en ville en voiture, visiter le musée Ferrari, y compris un tour dans l’usine, et claquer ses gains sur des marchandises coûteuses, y compris des pièces de vieilles voitures de Formule 1, une vraie expérience Ferrari pour les vrais croyants. Par croyants, on entend ceux qui ont déboursé leur argent pour « rejoindre la famille ».

Les visites réservées

Ferrari garde les grandes visites d’usine pour les propriétaires ou les VIPs seulement. De même, l’accès à Fiorano, la piste de course privée de Ferrari, est réservé au personnel et aux propriétaires. La piste de 30 kilomètres qui abrite en son milieu l’ancienne ferme d’Enzo Ferrari servait autrefois à tester les voitures de F1, mais de nos jours, ce sont surtout les voitures de route qui la parcourent. Ferrari utilisant les temps au tour comme référence pour démontrer les améliorations apportées au modèle.

Avec des immeubles d’habitation perchés sur certains côtés, des virages et des bosses vraiment difficiles, c’est un circuit chargé d’histoires emballées dans chaque coin. Même si vous possédez une Ferrari, la seule façon de conduire sur le Fiorano est de participer à l’un des cours de deux jours de la Pilota Ferrari à 8 500 euros.

Un hommage approprié au V8

Le Tributo a été décrit par Ferrari comme le « dernier de sa lignée ». Une lignée qui comprend certains des modèles les plus emblématiques de Ferrari, tels que la 308, la F355, la 458 et la 488. Tous ont ce moteur central classique à deux places avec un V8 qui fait le bruit et assure une progression rapide.

Bien que Ferrari ne se débarrasse pas de ses V8 à la hâte, on s’attend à ce que les futures versions soient assistées par des moteurs électriques dans le cadre d’un système hybride. Pour l’instant, c’est la pureté du Tributo, qui utilise un V8 biturbo de 3,9 litres bien connu, qui a remporté plusieurs prix internationaux du Moteur de l’année.

Sur terrain glissant

La pluie battante n’est pas la meilleure façon de faire connaissance avec le dernier-né, surtout en s’envolant à 200 km/h dans un des endroits les plus vénérés de Ferrari. Heureusement, il y a un mode humide qui fait un excellent travail pour garder les choses droites et sensibles, en tirant doucement sur la puissance pour gérer l’adhérence disponible.

Comme la piste montre des indices de séchage, le mode Sport devient plus utile, facilitant l’accès à la puissance totale de 530 kW, bien qu’avec quelques serpents et glissements, car les pneus arrière perdent la bataille contre ce qui est un puissant V8.

Un V8 déchaîné

Mais c’est sur les routes autour de Maranello que la F8 Tributo démontre ses talents substantiels. C’est là que l’immense force de traction du V8 biturbo de 3,9 litres permet de rouler rapidement et agréablement. A partir de 2000 tr/min, il y a beaucoup de muscle et le moteur creuse profondément pour une poussée enivrante et sans effort.

Bien que le grondement de l’échappement soit toujours présent (ainsi que les bruits de frottement lorsque les turbos aspirent de l’air) il devient plus sinistre lorsque le régime monte.

La course vers la limite des 8000 tr/min est le moment où les choses deviennent vraiment excitantes et où le vrai talent du moteur est mis en évidence. C’est un moteur prodigieux, qui tourne à plein régime et propulse la carrosserie à deux places avec la passion qui sied à l’insigne du cheval cabré.

On prétend qu’à 100km/h, il met 29 secondes pour atteindre une vitesse de pointe de 340km/h. C’est rapide, à n’importe quelle vitesse.

Sur toutes les routes

Malgré son étonnant moteur central et son allure considérable, la F8 Tributo s’insère aussi magnifiquement dans la circulation quotidienne. La suspension est tendue et réglée pour des coups rapides autour d’une piste de course.

Il fait aussi un travail étonnamment bon pour gérer les bosses, en réglant et en supprimant rapidement les monstruosités de la route et en aidant à détourner la puissance du V8. Un mode « route cahoteuse » adoucit encore plus les choses et permet de conduire ce supercar facilement.

Des traits familiers

Bien qu’il s’agisse d’un nouveau modèle, la F8 Tributo partage aussi beaucoup de traits avec la 488 (et la 458 avant elle). Les fenêtres, le toit et les portes sont identiques, par exemple. Et le moteur utilise la mélodie développée pour la 488 Pista, la version plus rapide et axée sur la piste. Mais la conception s’est intensifiée.

Quatre feux arrière donnent des indications sur la F355, tandis que la lunette arrière en Lexan (un plastique léger) comporte des fentes qui rappellent la légendaire F40.

L’aérodynamique plus avancée incorpore un trou dans le capot appelé S-Duct, qui est conçu pour réduire la traînée tout en poussant le nez vers le sol pour une meilleure adhérence. Tout cela donne un superbe mélange d’héritage, de style, de technologie et de rythme mécanique brut dans une Ferrari qui a réussi à élever une barre déjà élevée.

La file d’attente

Une chose que Ferrari fait brillamment, c’est de créer de l’excitation pour ses nouveaux modèles. Et ce n’est pas différent avec la F8 Tributo.

Les files d’attente s’étendent déjà sur environ 12 mois, ce qui n’est pas mauvais pour une voiture dont le prix est d’environ 436 000 euros. Même dans ce cas, vous devez payer un supplément pour les éléments de base inclus dans les voitures grand public. Cela comprend une caméra de recul et la connectivité CarPlay d’Apple.

About Coucou Auto

Coucou Auto : magazine Auto indépendant de passionnés.
View all posts by Coucou Auto →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *