Rouler à l’éthanol E85, quels sont les risques ?

Avec la hausse de prix de l’essence, les conducteurs qui roulent avec ce carburant sont nombreux à vouloir se tourner vers le fameux carburant E85. Si ce dernier est bien plus abordable, une question se pose tout de même : « est-ce que son utilisation est mauvaise pour le moteur ? ». Est-ce qu’il est réellement avantageux de remplacer les SP95 et 98 par l’E85 ?

Qu’est-ce que le carburant E85 ?

L’éthanol 85 ou le superéthanol est un carburant disponible en France depuis 2007. Mais cela ne fait que quelque temps que ce dernier est plébiscité par les conducteurs qui roulent à l’essence. Il est constitué de :

  • 65 à 85 % de bioéthanol
  • 15 à 35 % de sans-plomb 95

L’un des plus grands avantages de l’E85 est qu’il s’agit d’un carburant vert. Sa composition est principalement faite à partir de plantes et de végétaux (le canne à sucre par exemple) ou d’amidon. Il s’agit donc d’une alternative intéressante pour préserver l’environnement. Ce n’est pas tout, le superéthanol est considéré comme étant le carburant le moins cher du marché. Et pour cause, en 2018 le prix du litre se situait à 70 centimes.

Une utilisation à risque pour le circuit du carburant ?

Même face à ces nombreux avantages considérables, nombreux sont encore les conducteurs qui hésitent à sauter le pas. La principale cause réside dans cette question : « l’E85 n’est-il pas corrosif » ? En réalité, et ce jusqu’à preuve du contraire, l’E85 n’a aucun impact néfaste sur les durites de circuit. Si vous n’êtes pas convaincu, il suffira de tester les durites du circuit de carburant avec de l’alcool pur. Certes, l’E85 peut attaquer les durites, mais l’attaque n’est pas aussi consécutive que celle subie avec le sans-plomb. Et qu’en est-il des éléments métalliques ?  Si vous avez peur des corrosions peuvent provoquer l’utilisation du superéthanol, sachez que ce n’est pas l’alcool qui intervient dans sa composition qui est source de corrosion, mais l’eau qu’il contient. Bonne nouvelle toutefois : l’éthanol est un dispersant d’eau. Ce qui signifie que cette dernière sera brûlée progressivement et ne sera donc pas à craindre. Pour faire simple, l’E85 en lui-même ne comporte donc pas de grands risques pour vos canalisations. Mais attention, si votre voiture à essence a été conçue après 1990, visitez cette page avant de rouler à l’éthanol E85.

L’éthanol : un carburant décapant

Il est toutefois important de préciser que l’éthanol E85 peut décaper le réserver de ses impuretés et peut donc boucher, potentiellement le filtre à carburant. Si vous avez un véhicule ancien, il faudra se parer à cette possibilité. Par contre, les véhicules récents n’ont rien à craindre quant à ce point.

Mélange pauvre, un grand risque pour votre moteur

L’un des plus grands risques auxquels doit faire face votre moteur est de rouler en mélange pauvre. Et pour cause, cela aura l’inconvénient de fatiguer plus rapidement le cœur du moteur. Ce qui vous coûtera des dépenses importantes. Pour ne pas s’y risquer, assurez-vous que votre injection fonctionne parfaitement. Le calculateur doit envoyer la bonne dose et les injecteurs assez puissants.

L’utilisation de l’éthanol en hiver

Il est important de préciser que l’E85 n’aime pas les conditions climatiques froides. En hiver, ce carburant brûlera donc moyennement. Voilà pourquoi il tombe à 70 % dans les stations-services dans ces conditions (avec donc 70 % de bioéthanol et non plus 85 %). Il serait donc plus ingénieux de ne pas l’utiliser lorsque la température est en baisse. À moins que vous ayez un véhicule équipé d’un réchauffeur de carburant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *